La plateforme « France Logistique » est lancée

Redonner sa compétitivité au secteur logistique français, tel est l’objectif de la nouvelle plateforme « France Logistique » qui vient de voir le jour. Réunissant les différents acteurs privés de toute la chaîne logistique, elle doit permettre d’instaurer prochainement un certain nombre d’aménagements afin de rattraper le retard accumulé vis-à-vis de nos voisins européens.

Des carences connues

À l’heure actuelle, la France n’occupe que le 15e rang mondial dans le domaine de la logistique, malgré les investissements effectués dans les infrastructures et la présence de grands groupes comme ID Logistics, Gefco ou Geodis. Cet état de fait est d’autant plus problématique que les leaders de ce classement, l’Allemagne (1er), les Pays-Bas (2e) et la Belgique (4e), sont nos voisins directs. Plusieurs éléments peuvent expliquer ces mauvais résultats enregistrés au cours de la dernière décennie. Un certain manque de réflexion stratégique sur le long terme peut être évoqué, tout comme les coûts élevés du transport routier et de l’immobilier logistique.

Un dispositif ambitieux

Remettre la France parmi les 10 pays les plus compétitifs dans ce domaine est l’un des objectifs du gouvernement. Pour cela, un plan d’action a été fixé en se basant sur les recommandations émises par Eric Hémar et Patrick Daher dans un rapport qui a fait grand bruit. La principale mesure consiste à créer une nouvelle plateforme agissant comme interface entre les acteurs de la filière logistique et les différentes administrations. Baptisée « France Logistique », elle vient d’être lancée pour redynamiser un secteur représentant à lui seul 1,8 million d’emplois pour 10 {158c7b3ac5ef0038d3b0c77825f927b5c59a99c09338215db56a064283f9e5de} du PIB. Elle servira de base à un ensemble d’actions à mener pour moderniser et optimiser la gestion des livraisons sur le territoire.

Des solutions pour la filière logistique

Avec « France Logistique », des changements sont attendus au cours des prochains mois pour gagner en compétitivité. Pour cela, trois grands objectifs ont été définis. Le premier concerne le renforcement de l’intermodalité sur l’ensemble du territoire français, en concertation avec les divers acteurs de la filière logistique. Le second défi consiste à mettre au point des solutions propres et innovantes pour assurer les livraisons du dernier kilomètre. Plus largement, c’est la question de la logistique urbaine, et des problèmes de pollution comme de congestion urbaine qui en découlent, qui devra être abordée. Enfin, un troisième enjeu d’importance se situe au niveau de la transition écologique. Des alternatives moins polluantes au transport par camion sont à mettre en place. Un développement conséquent des panneaux solaires sur le toit des nouveaux entrepôts de stockage est également à l’étude.

Catégories