La logistique urbaine

La percée du e-commerce pousse à l’optimisation des tournées, indispensable au développement durable. Les espaces logistiques de proximité sont à intégrer dans les fonctions de la ville, et doit générer une réflexion sur leur localisation optimale (gare ? espaces de covoiturage ?).

Corollaire du premier enjeu, la livraison de marchandises en ville (produits alimentaires et non-alimentaires), fonction urbaine indispensable, articule la stratégie  économique et la stratégie des déplacements  urbains. En outre, elle doit s’adapter aux préoccupations de la tran- sition environnementale animant aujourd’hui nos sociétés.

L’enjeu est celui de la consolidation des flux en ville (den- sité nécessaire) avec les espaces logistiques urbains (ELU) :

  • L’opportunité d’un ou plusieurs espaces logistiques de proximité et du type de livraisons en modes doux (Quelle maîtrise d’ouvrage ? Quel modèle écono- mique ? Quel financement public ?).
  • L’identification de zones/ secteurs à proximité de l’hypercentre disponibles pour l’implantation d’entre- prises de logistique, favorables à la livraison du dernier kilomètre en technologie propre (électrique, hydro- gène).
  • Les modalités de déploiement du dispositif : par exemple la modulation des horaires de livraisons en fonction du type de véhicule.

Les réflexions sur ce sujet dans la révision du SCoT du Sud 54 et l’élaboration des PLUi (PLUiHD de la Métropole du Grand Nancy en particulier) doivent intégrer cette problématique du transport de marchandises en ville pour les traduire dans leurs dimensions réglementaires, notam- ment de gestion de l’occupation du domaine public et de qualité de l’air.

Depuis le début de la révision du PDU du Grand Nancy, de nombreux sujets ont émergé : offre électromobilité PL plus efficiente (question des stations d’avitaillement), arrivée sur le marché d’acteurs privés du dernier kilomètre avec un vrai modèle économique, réflexions lancées en novembre 2020 sur une Zone à Faible Emission (ZFE-m)11 qui sera obligatoire dès 2025 pour les agglomérations de plus de 150 000 habitants…

 

LA SOCIÉTÉ URBY POSE SUR NANCY LA PREMIÈRE ROUE D’UN CENTRE DE MUTUALISATION DES MARCHANDISES
Depuis juin 2020, Urby, filiale logistique urbaine de La Poste et de la Banque des Territoires, s’est installée sur le Dynapôle. Elle ambitionne de déployer un dispositif global de logistique urbaine reposant sur la mutualisation et l’optimisation des livraisons (services de stockage et de livraison urbaine aux transporteurs, messagers, commerçants, artisans, collectivités, entreprises et particuliers), au moyen de véhicules à faible émission.

« Une fois installés dans nos locaux en périphérie du centre-ville, nous avons lancé une première activité de cross-docking, majoritairement BtB en palettes, à destination des GMS, enseignes, sièges sociaux, collectivités… Puis, nous avons élargi notre offre à tout type de flux et de destinataires afin de répondre à la demande de nos clients à la suite du confinement.
Fin 2020, Urby a investi 20 millions d’euros dans l’acquisition de véhicules propres au GNV. Deux de ces véhicules permettront notamment de distribuer en mode doux les 20 communes de la métropole nancéienne et son bassin (Custines, Pompey, Champigneulles, Richardménil, Neuves- Maisons). Pour poursuivre le développement de notre activité, nous recherchons actuellement un espace de 200 à 400 m² en centre-ville de Nancy faisant fonction d’Espace de Logistique Urbaine et de réserve déportée pour les commerçants. La desserte des clients devrait se faire à moyen terme en vélo-cargo. »

 

Catégories