Comment la logistique réduit son empreinte écologique

Représentant 10% du PIB à lui seul, le domaine de la logistique est crucial dans l’économie française. Très énergivore, il constitue également un enjeu écologique important, qui nécessite des solutions innovantes. La réduction des émissions de gaz à effet de serre passe aujourd’hui par le recours aux technologies connectées et au développement de la livraison écologique dans les villes.

Optimiser les installations existantes

Atténuer l’empreinte écologique du secteur logistique, telle est l’ambition pour réduire la pollution liée au transport de marchandises et au stockage en entrepôt. En pleine émergence, le système du bâtiment intelligent, avec le Building Information Modeling (BIM), permet de revoir la structure des installations en place. Une maquette en 3D des bâtiments peut être créée afin d’optimiser la gestion des entrepôts d’un point de vue écologique. Maîtrise de la chaîne du froid, éclairage intérieur automatisé et programmation des besoins en maintenance sont autant de manières de faire des économies d’énergie notables favorisant le respect des enjeux environnementaux.

Des progrès à faire dans les transports

Si la chaîne logistique possède une empreinte carbone aussi importante, c’est en grande partie en raison du transport de marchandises via les véhicules diesel. Sans appeler à une révolution complète du secteur, des moyens existent pour réduire la pollution grâce aux nouvelles technologies. Plusieurs plateformes numériques permettent aujourd’hui aux consommateurs de connaître l’impact écologique de chaque mode de livraison et de choisir celui qui leur convient. Des outils de suivi des camions et conteneurs peuvent aussi être mobilisés pour optimiser les chargements et contribuer à réduire le nombre de kilomètres à parcourir, et donc les rejets de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Des véhicules propres pour le dernier kilomètre

Pour que le secteur réalise des progrès durables sur le plan écologique, le développement des véhicules propres est une nécessité. Les différents véhicules électriques existants peuvent notamment être utilisés avec profit pour la prise en charge du dernier kilomètre dans la livraison des marchandises. Cet ultime maillon dans la chaîne logistique se révèle très polluant dans les centres urbains. Drones, vélos-cargos et autres véhicules électriques peuvent remplacer ici les camions de livraison. Les plateformes permettant la mutualisation des stocks et des livraisons représentent une autre solution d’avenir, qui devrait gagner du terrain dans les prochaines années.

Catégories